Historique

1. Mise en contexte

Chartierville est un magnifique village à la limite sud-est de la MRC du Haut-Saint-François jouxtant la frontière américaine. Entouré par les montagnes, notre territoire héberge la «fameuse» côte magnétique, un centre d’interprétation d’une ancienne mine d’or exploitée, jadis, le siècle dernier, ainsi que le début des Sentiers frontaliers, un réseau de sentiers pédestres long de 135 km se raccordant, chez nous, avec la COHOS Trail et, conséquemment, l’Appalachian Trail.

chartierville

Malgré toute sa splendeur, Chartierville est en déclin. Elle compte actuellement 303 habitants. Loin des pôles attractifs de la région et plutôt démunie en services, la population est en chute libre. Avec un âge médian de 54,4 ans, un taux de décroissance de -22% entre 2009 et 2013, une population de plus en plus vieillissante (voir le tableau qui suit), et le bouquet, avec 67% de la population âgée de 45 ans et plus, on peut légitimement sentir un malaise en songeant à l’avenir d’une communauté tissée par le temps, les traditions, l’entraide et les liens de fratrie. Cette cohésion sociale pourrait fort bien céder la place à une organisation sociale ressemblant à une agglomération diffuse, plus ou moins abstraite, de propriétaires fonciers ayant en commun que le simple et unique fait de vivre sur le même territoire.

2. Arrivée d’un nouveau conseil municipal

Avec l’arrivée d’un nouveau conseil à la fin de 2009, les choses se sont mises à bouger. Dès la première année, grâce au Pacte rural, nous avons mis en ligne un site web pour la municipalité, construit un terrain de pétanque et de croquet et aménagé une salle avec quatre ordinateurs qui ont servi à donner des cours d’introduction à l’utilisation des ordinateurs à 25 citoyens; les ordinateurs servent encore aujourd’hui, surtout auprès de la population des jeunes du village.

C’est d’ailleurs cette accointance avec le Pacte rural, plus particulièrement avec son responsable, Jerry Espada, qui amena la municipalité à organiser, d’une part, notre consultation populaire du 20 août 2011 et à utiliser, subséquemment, beaucoup d’autres services offerts par le CLD.

C’est lors d’une rencontre organisée justement pour entendre ce que le CLD, et, plus particulièrement, le Pacte rural pouvaient faire pour nous au niveau du financement et du support professionnel que Jerry nous proposa l’avenue d’une consultation populaire épaulée par la Coop Niska, un regroupement de spécialistes dans le domaine du développement des collectivités; ces derniers préparèrent donc l’animation de la rencontre.

3. La consultation populaire

Consultation-004

Deux de nos conseillers organisèrent donc l’événement. Nancy Lacroix, conseillère en loisirs, invita la population à une épluchette de blé d’Inde bien arrosée tandis que Raymond Fournier, harangueur par excellence, veilla à ce que les gens, suite à la fête, participent à la consultation dans notre grande salle municipale. C’est environ une centaine de personnes qui sont restées pour la consultation; sur une population de 307 habitants (la population de l’époque), la salle bondée représentait presque le tiers de la municipalité… ce n’est pas rien. Personne autour de la table du conseil ne se serait attendu à de tels résultats. Ce fut une journée mémorable.

Autour de huit tables, des membres de la Coop Niska et des agent(e)s de développement du CLD invitèrent les citoyens à rêver à leur village au futur. Une synthèse de cette réflexion collective est disponible sur le site de la municipalité.

De manière fort succincte, nous pouvons souligner le vif attachement ainsi que la fierté que les gens ont pour leur village. Ils souhaitaient le retour d’un minimum de services pour pouvoir vivre plus «chez eux». De même, c’est sans surprise qu’énormément d’idées gravitaient autour du développement récréotouristique et économique. Fait notable, plusieurs intervenants ont mentionné qu’il était impératif que tout nouveau projet de développement n’en vienne pas à menacer la cohésion sociale du village; les gens souhaitent que les nouveaux arrivants veuillent bien s’intégrer et participer à la vie communautaire.

4. Création du Comité «immobilier»

C’est dans la mouvance crée par la consultation populaire que naquit le Comité «immobilier». Le conseiller Louis Désy, épaulé par Marie-Ève Gagnon, conseillère en développement du CLD, et une équipe de citoyens, travailleront d’abord à étudier les possibilités de développement immobilier et récréotouristique envisageables avec nos contraintes actuelles de zonage. Le zonage est un problème de taille pour notre municipalité. En cours de route, un terrain qui avait été auparavant pressenti comme un endroit où nous aurions pu faire un jardin thématique est acquis par la municipalité d’en le but d’en préserver une partie, le long des berges du ruisseau qui le traverse, afin d’en faire un parc municipal; le reste servira au développement immobilier. La perspective de vendre des terrains à des gens qui voudraient éventuellement se construire restait quand même incertaine. Nous sommes géographiquement vraiment éloignés des grands centres économiques. Au fil des échanges, nous avons trouvé une manière originale de penser le développement domiciliaire au coeur de la municipalité… pourquoi ne pas engager cette dernière dans la promotion d’une croissance articulée autour du développement durable : d’où l’idée de créer une coopérative d’habitations écologiques qui viserait, probablement pour l’instant, des jeunes retraités mûrs pour une expérience sociale fondée sur des bases écologiques; par-ci par-là, quelques travailleurs autonomes et quelques aventuriers parmi les jeunes. Après mûre réflexion, nous avons décidé d’avancer résolument dans cette direction.

5. Par où commencer !

Entreprendre un projet de coopérative d’habitations écologiques n’est pas une mince affaire. Aidés par notre agente de développement, Marie-Ève Gagnon, nous avons d’abord rencontré une Coop de travailleurs qui s’est inspirée de la philosophie d’Habitat pour l’humanité. Il s’agit de la Coop Travailleurs Solidaires Maisons Populaires (CTSMP).

La Coop Travailleurs Solidaires Maisons Populaires (CTSMP) offre une nouvelle génération de maisons saines en milieu rural basées sur le développement durable et l’interactivité sociale. La Coop veut offrir des maisons écologiques à prix modique. Ses membres auront la possibilité de payer une partie du prix de la maison en échange de travail dans la Coop (selon le principe de bons de travail).

Nous avons trouvé là un partenaire intéressant capable, d’une part, de nous aider dans la conceptualisation de notre plan de développement architectural et notre plan d’aménagement du territoire. D’autre part, ils sont capables d’usiner les maisons de notre choix dans un cadre de production qui permet :

1. Un contrôle des coûts de fabrication (la Coop prend entente avec des fournisseurs locaux afin d’avoir les matériaux à très bon prix;

2. un contrôle des coûts de construction (la Coop permet que l’acquéreur puisse donner de son temps pour amoindrir les coûts de production).

Nous avons également été grandement supportés par la Fédération des coopératives d’habitation de l’Estrie. Non seulement elle nous a aidés à comprendre les différents modèles de coopération d’habitation, mais elle nous accompagnera tout au long du projet. Nous remercions particulièrement Guillaume Brien, de la Fédération, pour sa générosité enthousiaste.

6. Ce qu’il reste à faire

Tout est à faire ! Lors de notre dernière réunion de comité, nous avons mesuré l’étendue de ce qui nous attend dans les prochains mois. Recherche de financement; caractérisation des sols; étude de marché; étude de faisabilité; montage financier; réseautage; création d’outils promotionnels; organisation de séances d’information; formation, au niveau municipal, d’un comité consultatif d’urbanisme;  réflexion sur le genre de développement architectural et d’aménagement urbain que l’on souhaite; consultation des citoyens pour leur présenter le projet et recueillir leurs réactions; création d’un PAE (plan d’aménagement architectural) et d’un PIIA (plan d’implantation et d’intégration architecturale ); recrutement des coopérants… et puis des surprises aussi !

Tout cela, nous vous en reparlerons au cours des mois qui suivent !

Publicités

Un commentaire pour Historique

  1. Ping : C’est juste ça le développement! | Avenir Haut-Saint-François

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s